Posted on Leave a comment

Anatomie de la cornée

La cornée est le tissu transparent qui recouvre le devant de la cornée. eye.It forme le 1 / 6ème antérieur de la couche fibreuse externe du globe oculaire.

Le mot cornée vient de « Kerato”. Le terme « Kerato » en grec signifie corne ou bouclier. Le grec ancien croyait que la cornée est dérivée du même matériau que celui de la corne d’animal finement tranchée.

Embryologie:

Structure Derived from
Corneal epithelium Surface ectoderm
Stroma, Descmet’s membrane, endothelium Paraxial mesoderm

Topography:

La surface antérieure de la cornée est elliptique alors que la surface postérieure est sphérique avec un diamètre moyen de 11,5 mm. Le diamètre horizontal de la surface antérieure (HCD) est de 11,7 mm et le diamètre vertical (VCD) est de 11 mm. Parmi eux, le HCD est cliniquement important.Le rayon de courbure de la cornée est de 8 (7,8 mm). C’est le résultat des différences de rayon de courbure dans les méridiens horizontaux verticaux qui provoque l’astigmatisme.

Microcornea=lorsque le HCD est inférieur à 10 mm

Macrocornea=lorsque le HCD est supérieur à 13 mm

L’épaisseur de la cornée centrale est de 0,52 mm, tandis que la périphérie est 0,67 mm d’épaisseur. L’épaisseur de la cornée centrale a une influence directe sur la mesure de la PIO. Les 5 mm centraux de la cornée forment la surface réfractante la plus puissante de l’œil. Le pouvoir de réfraction de la cornée est de 45D, soit 3 / 4ème du pouvoir de réfraction total de l’œil. L’indice de réfraction de la cornée est de 1,376.

Refractive indices of different media through which light enters the eye

Air

Tear fluid

Cornea

Aqueous humor

Lens

Vitreous

Microscopic Anatomy of cornea:Cornea is composed of five layers. The layers are as follows:

Layers Thickness (in µm) Composition
Epithelium (Ep) 50 Stratified Squamous Epithelium
Bowman’s Membrane (BM) 8-14 Compact layer of unorganised collagen fibres
Stroma (SP) 500 Orderly arrangement of collagen lamellae with keratocytes
Descemet’s Membrane (DM) 10-12 Consists of basement membrane materials
Endothelium (En) 5 single layer of simple squamous epithelium

Épithélium cornéen :

L’épithélium représente 10% de l’épaisseur cornéenne. L’épithélium cornéen est un épithélium squameux non kératinisé stratifié.

Stratified Multilayered,has 5-6 layers
Squamous Superficial or apical cells are flattened
Nonkeratinised cells are nucleated and do not contain keratin (Keratinised epithelium are found in dry areas of body like skin and nonkeratinised epithelium are found in moist

Les cellules de l’épithélium sont maintenues ensemble à l’aide de desmosomes et de la lamne basale à l’aide d’hémidesmosomes et d’autres filaments.

Récapitulatif: Les Desmosomes lient deux cellules entre elles; Les hémidesmosomes attachent une cellule à la matrice extracellulaire

Les cellules épithéliales cornéennes de surface ont de nombreux microvillosités et micropliques et ces cellules sécrètent du glycocalyx qui aide à l’adhérence et à la stabilité du film lacrymal. L’épithélium peut être divisé en une couche de cellules squameuses superficielles, la couche de cellules de l’aile moyenne et la couche de cellules basales internes. Parmi ces trois, les cellules basales ne sont capables que de mitose. Les nouvelles cellules formées sont poussées vers l’avant et changent de forme, se transformant ainsi en cellules alaires. Les cellules continuent de se déplacer antérieurement, elles deviennent finalement des cellules superficielles, après quoi elles se désintègrent, perdent leurs attachements (les desmosomes sont cassés ou dissous) et sont déversées dans le film lacrymal.

Les cellules souches épithéliales sont les cellules pluripotentes indifférenciées qui constituent une source importante de nouvel épithélium cornéen. Ils se trouvent dans l’épithélium basal limbal des palissades de Vogt.Cliquez ici pour en savoir plus sur les cellules souches limbales.

Les cellules basales sont attachées à la membrane basale ou à la lame basale à l’aide d’hémidesmosomes. La lame basale est un produit sécrétoire extracellulaire des cellules épithéliales basales. La fonction principale de cette lame basale est d’attacher l’épithélium cornéen au stroma. Un détruit il faut environ 6 semaines pour que la lame basale se régénère.

Layers of epithelium

Description

Mitotic activity

Basal Cell

Single layer of columnar cells found adjacent to basal layer

Wing cell

2-3 layers of cells avec processus allongé

Cellules de surface

3 couches de cellules épithéliales aplaties avec des microvillosités en contact avec le film lacrymal.

+

Cela prend normalement 7 jours pour épithélium cornéen entier de remplacement

Membrane de Bowman:

La membrane de Bowman est nommée d’après l’anatomiste et ophtalmologiste anglais William Bowman. C’est une zone de type membrane dure acellulaire située entre l’épithélium cornéen et le stroma. Il a une épaisseur de 8 à 14 µm et est composé de fibres de collagène disposées de manière aléatoire. Bien que les fibres de collagène soient plus fines que celles du stroma cornéen et disposées de manière aléatoire, ces fibres de collagène sont continues avec celles du stroma antérieur. C’est pourquoi de nombreux auteurs le considèrent comme une région modifiée du stroma antérieur. En raison de la disposition compacte des fibres de collagène, il est relativement résistant aux traumatismes. Cependant, une fois détruit, il ne peut pas être régénéré.

Rappelez-vous!! La membrane de Bowman n’est pas une membrane basale comme celle de Descemet

Stroma cornéen/Substantia propria:

Le stroma ou substantia propria, qui occupe environ 90% de l’épaisseur totale de la cornée, est composé de fibrilles de collagène, de kératocytes et de substances broyées extracellulaires. Les composants du collagène constituent plus de 70% du poids sec de la cornée. Les fibrilles de collagène de diamètre uniforme de 25 à 35 nm sont disposées en faisceaux plats appelés lamelles. Les lamelles s’étendent d’un limbe à l’autre et sont orientées à différents angles les unes par rapport aux autres. Les fibres de collagène forment environ 300 lamelles dans le stroma cornéen. Deux fibres de collagène cornéen importantes, qui expliquent la transparence de la cornée, sont –

  • Les fibres de collagène ont un diamètre très uniforme (25-35 nm)
  • La distance entre deux fibres cornéennes est également très uniforme (41,5nm)

La transparence cornéenne dépend principalement de la disposition de ces fibres de collagène dans le stroma. Le diamètre moyen de la fibre de collagène individuelle et la distance moyenne entre les fibres de collagène sont presque identiques et les deux sont inférieurs à la moitié de la longueur d’onde de la lumière visible (400-700nm). En conséquence, la diffusion d’un rayon de lumière incident par une fibre de collagène est annulée par l’interférence d’autres rayons de lumière dispersés (interférence destructive).

L’opacification de la cornée dans l’odème cornéen se produit en raison d’une accumulation de liquide qui augmente la distance entre les fibres de collagène.

Les substances de la matrice extracellulaire ou du sol présentes dans la cornée sont principalement des glycosaminoglycanes. Les glycosaminoglycanes primaires du stroma sont le sulfate de kératine (forme 65% de la teneur totale en glycosaminoglycanes) et le sulfate de chondroïtine. Parmi les composants cellulaires, les kératocytes (fibroblastes cornéens) sont le principal type cellulaire du stroma. Ils occupent 3 à 5% du volume stromal. Ils sont en forme de fuseau et en coupe transversale, trouvés dispersés entre les lamelles des fibres de collagène. Ils synthétisent le collagène et les composants de la matrice extracellulaire et maintiennent ainsi le stroma.

Membrane de Descemet :

La membrane de Descemet est l’épaisse membrane basale sécrétée par l’endothélium. Il est produit en permanence et s’épaissit ainsi tout au long de la vie (3 µm à la naissance et augmente jusqu’à 10 µm chez l’adulte). La membrane de Descemet n’adhère pas fortement au stroma et peut donc être disséquée chirurgicalement sous forme de feuille. Bien qu’aucune fibre élastique ne soit présente, la membrane de Descemet présente une propriété élastique due à la disposition particulière des fibres de collagène. La membrane se termine près du limbe en tant que ligne de Schwalbe.

En cas de décollement ou de déchirure de la membrane de Descemet, la membrane s’enroule vers le stroma (vers l’intérieur) en raison de la propriété élastique de la membrane de Descemet. La capsule de la lentille, qui est également une membrane basale, a une tendance similaire, mais se courbe vers l’extérieur – vers la chambre antérieure.

Contrairement à la fixation de la membrane de Bowman et du stroma cornéen, la membrane de Descemet est relativement faiblement attachée au stroma cornéen et cette surface est nettement définie. La membrane de Descemet est une couche dure qui résiste à la dégradation enzymatique par les phagocytes et les toxines.

Dans l’ulcère cornéen, la membrane de Descemet reste intacte et hernie souvent en raison de l’augmentation de la pression intraoculaire, connue sous le nom de Descématocèle.

endothélium cornéen :

Le nom endothélium est impropre. Fondamentalement, l’endothélium cornéen est un simple épithélium squameux. La forme des cellules individuelles est hexagonale, ce qui forme un motif de mosaïque continu, mieux visible en microscopie spéculaire. Les cellules endothéliales sont interconnectées les unes avec les autres avec divers complexes jonctionnels comme zonula occludans, macula occludans et macula adherens. Ces cellules possèdent un système de transport d’ions connu sous le nom de pompe endothéliale. Ces pompes endothéliales régulent la teneur en eau du stroma cornéen.
Les cellules endothéliales ne peuvent ni se diviser ni se répliquer. Avec le vieillissement, la densité cellulaire de l’endothélium diminue, ce qui est compensé par une augmentation de la taille cellulaire (polymégathisme) ou de la forme (pléomorphisme).Comme ces cellules endothéliales sont impliquées dans l’hydratation cornéenne (ce qui contribue au maintien de la transparence cornéenne), une densité de cellules endothéliales inférieure à 800 cellules / mm2 entraîne une décompensation cornéenne.

Réponse cornéenne à une lésion:

Lorsqu’une lésion survient dans l’épithélium cornéen, les cellules basales sont déplacées vers la zone endommagée et la prolifération cellulaire subséquente à partir des couches basales comble le défaut. La membrane de Bowman ne se régénère pas. La plaie dans la membrane de Bowman est remplacée par un stroma comme un tissu fibreux ou un épithélium. En réponse à un traumatisme du stroma cornéen, il y a augmentation du nombre de kératinocytes et des substances broyées et des fibrilles de collagène sécrétées par les kératinocytes. Cependant, le tissu stromal ainsi produit est différent – le diamètre du collagène stromal nouvellement formé est plus grand (comparable à ceux trouvés dans la sclérotique) que le collagène stromal normal. De plus, les fibrilles de collagène nouvellement formées ne sont pas bien organisées et n’ont pas la résistance à la traction normale des fibrilles de collagène. La réponse des différentes couches de cornée à un traumatisme ou à une blessure est résumée ci-dessous.

Apport sanguin à la cornée:

Dans un état normal, la cornée ne contient aucun vaisseau sanguin. Artère ciliaire antérieure, une artère ophtalmique de branche forme une arcade vasculaire dans la région limbale et aide au métabolisme cornéen et à la réparation des plaies en fournissant de la nourriture. L’absence de vaisseau sanguin dans la cornée est l’un des facteurs contribuant à sa transparence.

Conditions lorsque l’apport d’oxygène à la cornée diminue ou lors d’infections lorsque le mécanisme de régulation tente d’augmenter l’apport sanguin à la partie affectée, une croissance de vaisseaux anormaux se produit dans la cornée, appelée vascularisation de la cornée. Avec la restauration de l’environnement normal dans la cornée, ces vaisseaux cessent de transporter du sang mais leurs contours sont visibles, ce que l’on appelle des vaisseaux fantômes.

Apport nerveux de la cornée:
La cornée est l’un des tissus hautement sensibles du corps humain. La densité du nerf se terminant par la cornée est environ 300 fois supérieure à celle de la peau. Une zone de cornée de 0,01 mm2 peut contenir jusqu’à 100 terminaisons nerveuses. La cornée est principalement innervée par la branche ophtalmique du nerf trijumeau. La division ophtalmique du nerf trijumeau comprend trois parties: le nerf frontal, le nerf lacrymal et le nerf nasociliaire. Le nerf nasociliaire fournit une innervation sensorielle à la cornée. Les voies d’innervation sont décrites dans la figure ci-dessous.

Les conditions pathologiques qui conduisent à la perte de l’épithélium cornéen provoquent une douleur intense due à l’exposition de la terminaison du nerf cornéen.

Lors de l’examen à la lampe à fente, vous avez peut-être vu des nerfs cornéens comme de fines fibres dans la périphérie cornéenne. En condition normale, les nerfs cornéens sont principalement visibles en périphérie car les diamètres des nerfs cornéens sont plus grands en périphérie par rapport au centre.

L’infection ou la réactivation du virus de l’herpès simplex latent situé dans le ganglion du trijumeau affectant l’œil réduit la sensation cornéenne due aux lésions des terminaisons nerveuses.

Limbus:

La pallsade de Vogt est des crêtes fibrovasculaires orientées radialement qui sont principalement concentrées le long du limbe supérieur et inférieur. Ils se trouvent juste en périphérie des boucles capillaires terminales du limbe.Le limbe est une zone de transition annulaire qui sépare les cellules anatomiquement contiguës, mais phénotypiquement différentes de l’épithélium conjonctival et cornéen.Le limbe a une architecture histologique distincte. Elle diffère de la conjonctive en ce qu’elle est dépourvue de cellules caliciformes et, contrairement à l’épithélium cornéen, elle possède des cellules de Langerhan, des mélanocytes et des vaisseaux sanguins sous-jacents.

Limbal Zone Boundary
Corneal Side By a line drawn between the termination of Bowman’s layer and Descemet’s membrane
Conjunctival or Scleral Side

By a parallel line approximately 1 mm peripherally. Cette ligne s’étend juste à l’extérieur du canal de Schlemm

Au limbe,

  • L’épithélium cornéen devient épithélium conjonctival bulbaire
  • La membrane de Bowman devient continue avec la lamina propria de la conjonctive et la capsule de tenon.
  • Le stroma devient sclérotique
  • La membrane de Descemets devient la ligne de schwalbe.
  • L’endothélium tapisse le maillage trabéculaire et devient continu avec la surface antérieure de l’épithélium

limbe chirurgical:

Le limbe chirurgical est une zone de 2 mm de large. Pour faciliter la description, cette zone peut être divisée en:

  • La bordure limbale antérieure est représentée par l’insertion de la conjonctive dans la cornée périphérique, qui recouvre la terminaison de la membrane de Bowman.

Au microscope, la bordure limbale antérieure peut être identifiée comme une zone de la cornée claire où se terminent de fins vaisseaux conjonctivaux.

  • Zone bleue: Bordure limbale postérieure à antérieure, il y a une zone bleue qui se termine par une ligne midlimbale. Cette zone s’étend sur 1 mm au-dessus et 0,8 mm au-dessous.

Au microscope, la zone limbale bleue peut être identifiée comme une zone translucide bleuâtre, après avoir disséqué la conjonctive sus-jacente et la capsule de tenon de la bordure limbale antérieure

  • La ligne midlimbale recouvre la ligne de Schwalbe qui est la terminaison de la membrane de Descemet. C’est la jonction de la zone bleue et blanche du limbe.
  • Zone blanche: Elle commence à la ligne mi-limbale et s’étend sur 1 mm et se termine par la bordure limbale postérieure. Cette zone recouvre le maillage trabéculaire.
  • Bordure limbale postérieure : La bordure limbale postérieure est située à 1 mm en arrière de la ligne médiumbale. Il recouvre l’éperon scléral et la racine de l’iris.

Les différences de couleur de la région limbale sont dues à l’interdigitation des fibres cornéennes en fibres sclérales

Incision chirurgicale:

  • Une incision dans la zone limbale bleue peut provoquer un stripling membranaire de Descemet.
  • La ligne midlimbale est le site préféré de l’incision
  • Si l’incision est postérieure à la bordure limbale postérieure, elle peut provoquer un saignement excessif & hyphama en raison d’une blessure au corps cilliaire.
  • Une incision dans la zone limbale blanche peut endommager le maillage trabéculaire.
  • Une incision cornéenne claire est pratiquée devant la bordure limbale antérieure qui est à l’aspect le plus antérieur de la zone bleue.

Cellules souches limbales:

Les cellules souches épithéliales limbales sont les cellules pluripotentes indifférenciées qui constituent une source importante de nouvel épithélium cornéen. Ils se trouvent dans l’épithélium basal limbal des palissades de Vogt.

Seulement 5% à 15% des cellules du limbe sont des cellules souches

Les cellules basales de l’épithélium limbal comprennent les cellules souches limbales.Les caractéristiques saillantes de ces cellules souches sont –

  1. Elles sont le précurseur de toutes les autres cellules du tissu
  2. Elles ont une population auto-entretenue
  3. Elles ne représentent qu’une petite partie du total des cellules du tissu
  4. In vivo, elles montrent un cycle lent, mais lorsqu’elles sont placées en culture cellulaire, elles démontrent un potentiel élevé de prolifération.
  5. Ils ne peuvent pas être différenciés avec le reste des cellules du tissu.

Cycle de vie des cellules souches:

Les cellules souches du limbe se divisent pour produire une cellule souche fille et une cellule amplificatrice transitoire. Ces cellules amplifiantes transitoires migrent à l’intérieur de la cornée pour se trouver dans la couche basale de l’épithélium cornéen. D’autres divisions cellulaires de cellules amplifiantes transitoires produisent des cellules postmitotiques, qui se trouvent dans les couches suprabasales. La différenciation progressive des cellules postmitotiques produit des cellules différenciées en phase terminale, qui se trouvent dans les couches épithéliales cornéennes superficielles. Ces cellules différenciées en phase terminale sont des cellules épithéliales cornéennes squameuses stratifiées non kératinisées. Ces cellules sont continuellement écartées de la surface cornéenne et remplacées par des couches cellulaires sous-jacentes en maturation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.