Posted on Leave a comment

Médina de Fès

Valeur Universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La Médina de Fès conserve, dans une partie ancienne comprenant de nombreux édifices monumentaux, le souvenir de la capitale fondée par la dynastie Idriside entre 789 et 808 après J.-C. La ville originelle était composée de deux grands quartiers fortifiés séparés par l’oued de Fès : les rives de l’Andalous et celles du Kaïrouanais. Au XIe siècle, les Almoravides réunirent la ville en un seul rempart et, sous la dynastie des Almohades (XIIe et XIIIe siècles), la ville d’origine (Fès el-bali) atteignit déjà sa taille actuelle. Sous les Mérinides (XIIIe au XVe siècles), une ville nouvelle (Fès Jedid) fut fondée (en 1276) à l’ouest de l’ancienne (Fès El-Bali). Il contient le palais royal, le quartier général de l’armée, des fortifications et des zones résidentielles. A cette époque, les deux entités de la Médina de Fès évoluent en symbiose formant l’une des plus grandes métropoles islamiques représentant une grande variété de formes architecturales et de paysages urbains. Ils comprennent un nombre considérable de monuments religieux, civils et militaires qui ont créé une société multiculturelle. Cette architecture se caractérise par des techniques de construction et de décoration développées sur une période de plus de dix siècles, et où les connaissances et les compétences locales sont entremêlées à diverses inspirations extérieures (andalouses, orientales et africaines). La Médina de Fès est considérée comme l’une des villes historiques les plus étendues et les mieux conservées du monde arabo-musulman. L’espace urbain non pavé conserve la majorité de ses fonctions et attributs d’origine. Il représente non seulement un patrimoine architectural, archéologique et urbain exceptionnel, mais transmet également un style de vie, des compétences et une culture qui persistent et se renouvellent malgré les effets divers des sociétés modernes en évolution.

Critère (ii): La Médina de Fès est un témoin vivant d’une ville florissante de la Méditerranée orientale ayant exercé une influence considérable principalement du XIIe au XVe siècle, sur le développement de l’architecture, des arts monumentaux et de l’urbanisme, notamment en Afrique du Nord, en Andalousie et en Afrique subsaharienne. Fès Jedid (la ville nouvelle), s’inspire du modèle urbanistique antérieur de Marrakech.

Critère (v): La Médina de Fès constitue un exemple remarquable de ville médiévale créée au cours des tout premiers siècles d’islamisation du Maroc et présentant un type original d’implantation humaine et d’occupation traditionnelle du territoire représentatif de la culture urbaine marocaine sur une longue période historique (du IXe au début du XXe siècle). L’ancien quartier fragmenté de la médina avec sa forte densité de monuments à caractère religieux, civil et militaire, sont des exemples remarquables de cette culture et de l’interaction qui en résulte avec les diverses strates de la population qui ont influencé la grande variété de formes architecturales et de paysages urbains.

Integrity (2009)

Les limites du bien inscrit sur la Liste du Patrimoine mondial sont claires et appropriées et incluent le tissu urbain et les murs. La zone tampon définie par les décrets du 23 août 1923 et du 29 octobre 1954 protège de manière adéquate l’intégrité visuelle. La Médina de Fès comprend un tissu urbain qui est resté remarquablement homogène et intact au fil des siècles. Les principaux problèmes constatés sont la détérioration des bâtiments et la zone surpeuplée. Les abords de la médina sont un élément indispensable de l’aspect visuel de son environnement et doivent être maintenus en tant que zone non constructible. Cette zone est vulnérable en raison de la pression du développement urbain incontrôlé.

Authenticité (2009)

Tous les éléments clés qui composent la propriété reflètent de manière claire et intégrale la Valeur Universelle Exceptionnelle. La survie des savoir-faire architecturaux traditionnels, notamment en ce qui concerne les métiers de la construction architecturale et de la décoration, est un avantage majeur pour le maintien des valeurs du bien. Le Ministère de la Culture s’efforce, non sans difficulté, de faire en sorte que les différents acteurs respectent l’authenticité du bien.

Exigences de protection et de gestion (2009)

La Médina de Fès est protégée par les textes juridiques locaux et nationaux pour sa préservation et le renforcement, au niveau local, de son inscription sur la Liste du Patrimoine Mondial, et notamment le Décret N°2-81-25 du 22 octobre 1981 pour l’application de la Loi N°22-80 concernant la conservation des monuments et sites historiques, des inscriptions et objets d’art et de l’antiquité.

Compte tenu de la vulnérabilité du bien, l’État a adopté un Plan de développement de la Médina en 2001. Ce plan est réévalué tous les dix ans. Il intègre des dispositions spécifiques pour l’ancien quartier, et il devrait rationaliser et organiser les interventions urbaines requises. Dans le cadre du programme de promotion du tourisme régional, les autorités locales ont entrepris des actions de sauvegarde concernant les maisons menacées d’effondrement et la réhabilitation des monuments remarquables de la Médina. La mise en œuvre de ce programme a été confiée à l’Agence de Dé-densification et de Réhabilitation de la Médina de Fès. L’Inspection des Monuments Historiques est sous la responsabilité du Ministère de la Culture et assure ainsi le suivi et la supervision de ces projets conformément aux normes nationales et internationales de conservation des monuments historiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.